La Libye sous Mouammar El-khadafi


La particularité de la pensée de Moammar KADHAFI est qu'elle va droit au but.
La pensée de Moammar KADHAFI trouve son essence dans le vécu des opprimés, des asservis et des démunis. Elle émane d'un réel qui évolue dans une lutte permanente à la recherche du progrès.
La première partie du Livre Vert en expliquant ces faits annonce le début de l'ère jamahiriyenne (l'ère des masses).
La deuxième partie quant à elle est une révolution économique universelle qui détruit les structures économiques anciennes et écrasants ainsi les oppresseurs.
Enfin, la troisième partie est sans contexte le début d'une révolution sociale donnant à l'Histoire sa véritable explication et résolvant le problème de la lutte humaine pour la vie. Elle établit des bases stables pour une vie sociale pacifiée.
La pensée de Moammar KADHAFI émane et appelle à la vie, elle est universelle.
La lecture de l'article intitulé "Quelques vérités sur la Libye" rédigé par Helen Shelestiuk et publié dans le n°165 du mois de mai 2011 de la revue B.I (ex-Balkans Infos) aurait très probablement éclairé leur lanterne.
Que dit Helen Shelestiuk : "Lorsqu'on a demandé à l'ex-ambassadeur russe en Libye, Vladimir Chamov, si Kadhafi opprimait ses concitoyens, il a répondu : "Quelle oppression ? Les Libyens bénéficiaient d'un crédit de 20 ans sans intérêts pour construire leurs maisons, un litre d'essence coûte environ 14 cents, la nourriture est gratuite, et on peut acheter une jeep KIA sud-coréenne neuve pour 7500 dollars".
Et Helen Shelestiuk de poursuivre : "Quels sont les autres faits et chiffres que nous connaissons de la Libye et de son leader ?
Le PIB est de 14192 dollars. Chaque membre d'une famille reçoit une subvention de 1000 dollars par an. Les chômeurs sont payés 730 euros par mois. Le salaire d'une infirmière d'hôpital est de 1000 dollars. Pour chaque nouveau-né, on reçoit 7000 dollars. Les nouveaux mariés reçoivent 64000 dollars pour acheter un appartement. Pour créer une affaire privée, on bénéficie d'une aide financière de 20000 dollars. Les taxes et impôts lourds sont interdits.

L'éducation et la médecine sont gratuites. L'éducation et la formation médicale à l'étranger sont payés par le gouvernement. Il y a des supermarchés pour les familles nombreuses avec des prix symboliques pour l'alimentation de base. La vente des produits au-delà de leur date de consommation est punie de fortes amendes, parfois même de prison. Beaucoup de pharmacies offrent des fournitures gratuites. Diffuser de faux médicaments est un crime majeur. La population ne paie pas l'électricité. La vente et la consommation d'alcool sont interdites, la "prohibition" est une loi. Les prêts d'achats d'une voiture ou d'un appartement sont accordés sans intérêts. Les affaires immobilières sont interdites. Si quelqu'un veut acheter une voiture, jusqu'à 50% du prix est réglé par l'état, 65% pour les miliciens de la garde. L'essence est moins chère que l'eau. Un litre coûte 0,14 dollar. Les bénéfices de la vente du pétrole sont consacrés au bien-être de la population et à l'amélioration des conditions de vie. Beaucoup d'argent a été dépensé pour irriguer le pays avec l'eau des aquifères souterrains. Par son échelle, le système a été appelé "la huitième merveille du monde". Il fournit cinq millions de mètres-cube par jour à travers le désert et a considérablement augmenté le territoire irrigué. 4000 Kms de pipelines sont profondément enterrés pour les protéger de la chaleur. Tout ce qui a été nécessaire au projet a été accompli par la seule Libye."
Et Helen Shelestiuk vante également les mérites de la "réelle démocratie" libyenne : "La propagande occidentale a diabolisé Mouammar Kadhafi en le décrivant comme un tyran pathologique et un ennemi implacable des aspirations démocratiques de son peuple. Ce n'est pas vrai. Il existe en Libye des mécanismes de contrôle populaire et de démocratie : des conseils élus de citoyens et des communautés autonomes (communes). Tout cela sans une nomenklatura de parti de style soviétique, sans bureaucratie pléthorique, mais avec un haut niveau de vie et de sécurité sociale pour les citoyens. Une sorte de société qui par beaucoup d'aspects ressemble au communisme."
Question pertinente d'Helen Shelestiuk : "Est-ce pour cela que la Libye a été diabolisée et attaquée par les vieilles puissances impérialistes?"
Et cette dernière de conclure : "Permettez-moi de citer un passage de l'article de Sigizmund Mironin "Pourquoi la Libye est-elle bombardée?" : La Libye, qu'on décrit comme une dictature militaire de Kadhafi est en réalité l'Etat le plus démocratique du monde. En 1977 y a été proclamée la Jamhiriya qui est une forme élevée de démocratie où les institutions traditionnelles du gouvernement sont abolies, et où le pouvoir appartient directement au peuple à travers ses comités et congrès. L'état est divisé en de nombreuses communautés qui sont des "mini-états autonomes" dans un état ayant autorité sur leur district, y compris l'allocation des fonds budgétaires. Récemment Kadhafi a émis des idées encore plus démocratiques : distribuer les revenus du budget directement et de façon égalitaire aux citoyens... Ces mesures selon le leader de la révolution libyenne, devant éliminer la corruption et la bureaucratie parasite."
Il n'est évidemment guère étonnant que les média dominants ne fournissent au public aucune de ces données extrêmement révélatrices sur la nature réelle du régime libyen car il est probable que tous les "indignés" à travers l'Europe réclameraient des avancées sociales calquées sur la Libye du colonel Kadhafi.
Ce qui serait pour le moins embarrassant pour les si "brillants" et si "compétents" dirigeants du Vieux Continent.
Maurice Gendre
(1) La diabolisation du colonel Kadhafi en Occident a pris une nouvelle dimension après les attentats de Lockerbie et du DC-10 d'UTA.
L'Occident continue d'accuser la Libye d'avoir perpétré ces attaques terroristes, alors que l'excellent journaliste Pierre Péan a définitivement démonté cette fable.
(2) Les Libyens n'ignorent pas que le CNT est composé d'islamistes ayant servi en Irak, de personnages tels que Mahmoud Jibril connu des lecteurs de Wikileaks comme l'un des interlocuteurs favoris des Etats-Unis, de nostalgiques de la monarchie, des Senussi, ainsi que des membres de la tribu Harabi, une tribu connue pour sa déloyauté vis-à-vis de Tripoli et pour sa négrophobie.