Une phrase de Patrice Lumumba

En Afrique, tout ce qui est progressiste, tout ce qui tend au progrès est qualifié de communiste, de destructeur. Il faut toujours faire des courbettes et accepter tout ce que les colonialistes vous offrent. Nous sommes simplement des hommes honnêtes et notre seul objectif a été: libérer notre pays, construire une nation libre et indépendante


Biographie de Patrice Lumumba

PATRICE LUMUMBA Patrice Lumumba est né le 2 juillet 1925 au village de Onalowa, territoire de Katako-Kombe dans le district du Sankuru, au nord du Kasaï. Il est le cadet d'une famille de quatre enfants vivant pauvrement de revenus agricoles amputés par les impôts de l'administration coloniale. Il va à l'école missionnaire catholique où il a été baptisé, puis fréquente l'école protestante à Wembonyama. Très communicatif et fervent lecteur, P. Lumumba entendit très tôt les " récits terrifiants " de ce qu'avaient été la conquête et l'occupation, puis l'exploitation sans merci du Congo pour le compte du roi Léopold, qui avait fait du pays sa propriété personnelle. Ses études terminées, il cherche du travail dans la province du Kivu et est pendant un temps employé d'une société minière, jusqu'à ses 20 ans. En 1945, à la fin de la seconde guerre mondiale, il est déjà un de ceux qu'on appelle les "évolués", une minorité d'individus ayant bénéficié d'une éducation "moderne" et intellectuellement privilégiés. Il faut pourtant attendre les années cinquante et la découverte des villes - Stanleyville, future Kisangani, et Léopoldville, aujourd'hui Kinshasa - pour que l'adolescent, puis l'adulte, entré dans l'administration des postes et marqué par le racisme ambiant, commence à rêver d'indépendance et à militer activement au sein des associations des « évolués », embryon d'une première élite africaine. Patrice Lumumba
En septembre 1954, il reçoit sa carte "d'immatriculé" : le détenteur de cette carte qui est une invention de l'administration coloniale est supposé vivre à "l'européenne", avoir de bonnes mœurs et de bonnes conduites. 217 cartes seront distribuées jusqu'en 1958 (sur 13 millions de congolais !). En 1955, Lumumba qui écrit depuis 1951 dans divers journaux existants crée une association L'APIC (association du personnel indigène de la colonie), profitant du relatif espace de liberté laissée par l'administration coloniale dans le domaine associatif, qui est apolitique.
En juin 1955, Lumumba a l'occasion de s'entretenir avec le roi Baudouin en voyage au Congo sur la situation des congolais et de la communauté belge. à cette période le ministre du Congo est le libéral Buisseret, membre du parti libéral belge qui veut créer un enseignement public, ce qui plaît à Lumumba et à d'autres "évolués" qui se retrouvent dans la section congolaise du parti libéral belge. Lumumba et quelques "notables" congolais se rendent en Belgique sur invitation du premier ministre.
En 1958 se tient en Belgique l'exposition universelle. Quelques congolais sont conviés afin que le monde voit les réussites de la mission civilisatrice belge. Parmi eux, Patrice Lumumba qui en profite pour nouer des contacts avec les cercles anti-colonialistes belges et se documenter. C'est sans doute à cette période que la pensée politique de Lumumba prend sa forme définitive. Rentré au pays, Lumumba crée le premier mouvement national à base non ethnique, le Mouvement National Congolais (MNC) à Léopoldville le 5 octobre 1958. En décembre de la même année, Lumumba participe à la conférence panafricaine d'Accra au Ghana, impulsée par le dirigeant ghanéen Kwamé Nkrumah.
Fin décembre lors d'un meeting, Lumumba qui jouit d'une grande popularité effectue une conférence meeting qui rassemble 10 000 personnes. Il y rend compte de la conférence d'Accra et met en évidence la revendication de l'indépendance pleine et entière.
En octobre 1959, le MNC organise une réunion unitaire à Stanleyville avec d'autres partis qui sont d'accord pour réclamer l'indépendance immédiate et inconditionnelle. La foule congolaise qui assiste à la réunion manifeste son approbation. Les forces de l'ordre interviennent, essayant d'arrêter Lumumba. Ne pouvant y arriver, elles tirent dans le tas, faisant 30 morts. Deux jours plus tard, Lumumba est arrêté pour avoir appelé à la désobéissance civile et au boycott des élections organisées par le pouvoir colonial tant qu'une décision n'est pas prise pour la formation d'un gouvernement congolais.
Le procès se déroàule du 18 au 21 janvier, et il est condamné à 6 mois de prison. Début 1960, le 11 janvier, une table ronde réunissant les différents acteurs congolais impliqués dans l'indépendance et le gouvernement belge est prévue pour...le 20. Lumumba qui est toujours emprisonné ne peut donc y participer. Malgré les oppositions internes, les différentes parties congolaises en présence exigent la participation de Lumumba à la conférence.

Ce dernier arrive à Bruxelles le 26. à la table ronde, la date de l'indépendance est fixée au 30 juin et les congolais sont les premiers surpris de ce succès qu'ils n'attendaient pas.
En mai, des élections sont organisées et le MNC de Lumumba arrive en tête. Lumumba, malgré une première volte face du gouvernement belge est chargé de former le gouvernement congolais et Joseph Kasavubu obtient la présidence (dont les pouvoirs sont surtout symboliques). Fin juin, plus précisément le 30, le roi et le premier ministre belges sont présents lors de la cérémonie de proclamation de l'indépendance au palais de la nation à Léopoldville. Après les discours des uns et des autres, c'est alors que l'inattendu arrive. Se déclarant prêt à accepter l'assistance de nombreux pays étrangers dont la collaboration sera loyale et qui ne chercheront pas à imposer quelque politique que ce soit, Lumumba brise le consensus de ce qu'on appellerait aujourd'hui le "politiquement correct".
S'adressant non au roi Baudouin, devenu blême, mais aux "Congolais et Congolaises, combattants de l'indépendance aujourd'hui victorieux", il rappelle ce que fut "l'humiliant esclavage" imposé par ce Léopold II dont Baudouin vient de glorifier le génie: "Nous avons connu les ironies, les insultes, les coups que nous devions subir matin, midi et soir, parce que nous étions des nègres. Nous avons connu que la loi n'était jamais la même selon qu'il s'agissait d'un Blanc ou d'un Noir: accommodante pour les uns, cruelle et inhumaine pour les autres". (...)
Patrice Lumumba est salué finalement par une véritable ovation. Pour les notabilités belges, depuis le roi Baudouin, livide jusqu 'au Premier ministre Gaston Eyskens, en passant par le général Janssens, commandant en chef de la Force publique, l'affront est peut-être de ceux qu'on ne pardonne pas.
Le 5 juillet, après une mutinerie des soldats congolais de la Force publique contre les officiers belges qui refusent l'africanisation des cadres, Lumumba décide d'africaniser les cadres de l'armée, ce qui rend impossible le contrôle du gouvernement congolais par l'ex puissance coloniale. La Belgique envoie des troupes au Katanga où se trouve Moise Tshombe qui peut être considéré comme son homme de paille, ce dernier déclare la sécession du Katanga, la province la plus riche du Congo (elle génère 2/3 des revenus du pays, et l'Union Minière du Haut Katanga, contrôlée par des entreprises américaines, britanniques et belges produit 60 % de l'uranium mondial, 73% du cobalt, 10% du cuivre...). Lumumba demande l'intervention de l'ONU qui envoie des troupes partout sauf au Katanga, et refuse de s'opposer à "l'indépendance" du Katanga dont elle n'ignore pas l'illégalité.
En septembre, Joseph Kasavubu qui est devenu un adversaire de Lumumba le démet de ses fonctions de premier ministre, mais celui ci est confirmé dans ses fonctions par la chambre et le sénat congolais. Mi septembre le colonel Mobutu qui effectue là son premier coup d'Etat "neutralise" le gouvernement, (qui est remplacé par des "commissaires") jusqu'au 31 décembre. En octobre, la résidence de Lumumba est encerclée et il est maintenu en résidence surveillée. Fin novembre, Lumumba essaye de s'enfuir afin de gagner Stanleyville alors aux mains de ses partisans. Il ne réussit pas et est rattrapé par les soldats de Mobutu, frappé et molesté en présence de troupes ghanéennes de l'ONU, qui restent impassibles sur ordre de leurs supérieurs. Lumumba est détenu à Tsyville en compagnie de joseph Mpolo et de Maurice Okito. Mi janvier, ils sont transférés à élisabethville, aux mains de leur ennemi numéro un Moise Tshombe. Les trois hommes sont abattus d'une rafale de mitraillette par des militaires katangais en présence de trois officiers de nationalité belge après avoir été torturés.
En fait assassiné 36 ans, Lumumba a passé six ans de militantisme et six mois au pouvoir. Durant sa courte vie et encore sa plus courte « carrière » politique, Patrice Emery Lumumba aura tout synthétisé : la prise de conscience de l'oppression coloniale dans ses aspects les plus brutaux, ceux de l'administration belge ; la volonté d'indépendance, exprimée dans un défi sans concession ; le refus de tous les particularismes régionaux ou tribaux ; la méfiance à l'égard d'une « bourgeoisie nationale » trop prompte à se substituer au colonisateur ; le rêve d'une Afrique unie solidaire des autres mouvements de libération du Tiers Monde ; enfin, la coalition contre lui des petits traîtres locaux ainsi que des grands intérêts privés et publics étrangers.
"Un jour, l'histoire aura son mot à dire, mais ce ne sera pas l'histoire qu'on enseigne à l'ONU, à Washington, Paris ou Bruxelles, mais l'histoire qu'on enseignera dans les pays libérés du colonialisme et de ses marionnettes. L'Afrique écrira sa propre histoire. Une histoire faite de gloire et de dignité".