Patrice Lumumba, la parole assassinée

Livre qui fait la lumière de façon simple et efficace sur l'horreur de l'emprunte occidental en Afrique. C'est principalement du Congo Belge dont il est question ici et surtout, du véritable héro que fut Patrice Lumumba. On y découvre le Congo sous le règne du roi Léopold 2 de Belgique... une honte ! Esclavage des noirs, torture et humiliation sont de mise sous l'autorité du roi des Belges qui mériterais d'être condamné "post-mortem" pour crime contre l'humanité, mais ne rêvons pas...
D'entrée de jeux, le décor est planté. C'est la civilisation occidental qui mord la poussière depuis son origine "romaine" à nos jour... en effet, page 3, on apprend que les Romains définissais le continent africains de cette manière: "terra incognita et monstruosa", terre inconnue et peuplée de monstres. Quel grandeur d'esprit que de parler de "monstres" dans une définition reconnaissant l'aspect "inconnus", que l'on pourrais facilement remplacer par "ignorance"... Bref, le décor est planté, et sa s'enchaine... On découvre que c'est la conférence de Berlin (novembre 1884 - février 1885) qui fait du roi Léopold 2 de Belgique le propriétaire d'une immense part du bassin du Congo, à savoir 2 344 000 kilomètres carrés, rien que sa! En faite, la conférence de Berlin consiste à partager l'Afrique entre les grandes puissances européenne, comme on partage la part d'un butin après avoir braqué une banque.
Une fois le décor historique planté, le livre en arrive vite à la naissance de Patrice Lumumba, le 2 juillet 1925, à Onalua, dans le territoire de Katako-Kombe.
On découvre alors son incroyable destin. Partit de rien, Patrice Lumumba va vite être un assoiffé de savoir et de connaissance. Très vite, il décide de combattre le comportement scandaleux des occidentaux qui volent les richesses de l'Afrique, qui impose leurs "valeurs" et leurs "cultures" tout en humiliant et considérant comme des moins que rien les "noirs".
Intelligent, visionnaire et plein de bonne volonté, Patrice Lumumba devient le premier Premier ministre du Congo après avoir remporté des élections lui donnant une légitimité incontestable.

L'homme qui veut une indépendance absolue et qui veut mettre fin au pillage des coloniaux a l'air bien partis pour faire de l'avenir du pays une unité souveraine sous tout les plans, mais voila, trop d'intérêt en jeux, et de terrible complot vont peut à peut se mettre en place pour torpiller la démocratie voulue par Patrice Lumumba... Sa vision merveilleuse de l'avenir du pays ne semble pas compatible avec les intérêts de l'Union minière du Haut-Katanga...
Le 30 juin 1960 marque l'indépendance du Congo qui n'est en réalité qu'une indépendance de façade puisque l'idée est de conservé la possibilité de piller les richesses du sol. Dans se contexte, il faut que celui qui dirigera le Congo deviennent complice de se qui seras qualifié de "néo-colonialisme". Dans se contexte, après des dizaine d'année d'humiliation et d'esclavage, le Roi Baudouin prononce un discours dans lequel rien ne parle de la réalité affreuse de la façon dont le Congo à été colonisé, et pire, exprime des louanges à l'égard de son ancêtre, Léopold 2, en le faisant passer pour un bienfaiteur...
Dans l'assemblée, Patrice Lumumba attend la fin des discours pour monter sur la tribune et faire preuve d'un courage exemplaire. Alors que se n'était pas prévus, il va tenir "son" discours, dans lequel il n'hésite pas à exprimer tout haut se que fut la triste et lamentable réalité de la présence Belge au Congo. Le message est clair, Patrice Lumumba a été entendu... il n'acceptera pas une décolonisation de façade. Très vite, les choses vont s'accéléré...
...le 17 janvier 1961, Patrice Lumumba est assassiné. Les responsables du crime sont les Etats-Unis, la Belgique et l' ONU. Le Congo resteras, quoi que l'on en dise, une colonie.
Au final, le livre est rapide à lire et très instructif. On y découvre des extraits de discours ou même d'une lettre que Patrice Lumumba envois à sa femme alors qu'il sent que les choses deviennent dangereuse. C'est notamment dans se document qu'il écrit " Sans dignité il n'y a pas de liberté, sans justice il n'y a pas de dignité, et sans indépendance il n'y a pas d'hommes libres". L'ouvrage se termine par un dossier dont la thématique concerne la décolonisation en Afrique et par une interview de l'auteur, Yves Pinguilly.