L'état fédéral de l'Afrique noire, la seule issue

L'éminent historien de la République du Congo, disciple et ami de Cheik Anta Diop, a fait par de son ambition au cours de la conférence qu'il a animée à l'université de Kinshasa, le 22 juin, sur invitation du groupe de presse Le Potentiel.
Pendant plus de cinq heures,Pr Théophile Obenga a expliqué à l'assistance la motivation profonde de la publication de son dernier ouvrage intitulé L'état fédéral d'Afrique noire, la seule issue, publié à Paris chez l'Harmattan. En prélude à l'avènement de cet état fédéral africain, il a soutenu la création d'une chaîne d'union panafricaine avec siège à Kinshasa dont le but principal sera d'examiner et de promouvoir le chronogramme de la mise en place de cet état qu'il évoque dans le livre.
Selon le programme, de 2012 à 2014, plusieurs activités pédagogiques intenses doivent être menées à travers tout le continent pour expliquer l'importance de cet état fédéral africain. De 2014 à 2020, il est prévu la rédaction des textes juridiques appropriés pour la mise en place de l'état fédéral ainsi que la préparation d'un référendum à l'échelle des états nations. « Si cela semble utopique aujourd'hui, ça servira de base de travail aux générations futures », a fait savoir le Pr Obenga. L'état fédéral proprement dit devrait être proclamé entre 2020-2022 suivi d'une adhésion à l'ONU mais pas à la Cour pénale internationale. La grande industrialisation de l'état fédéral devrait se faire entre 2022-2030 et le programme nucléaire africain entre 2030-2060.
Espoir et vision
« Il s'agit d'espoir, de vision que l'on peut qualifier d'utopie. Mais l'utopie quand elle prend corps et se concrétise devient nécessairement un événement d'une beauté historique inédite », a déclaré Pr Théophile Obenga pour qui les êtres humains vivent d'utopie, d'imaginaire, d'illusions, d'espoir et d'espérance.
« Les peuples qui n'ont pas d'utopie n'ont pas d'avenir. Les peuples qui ne cultivent aucune utopie périssent dans la monotonie. Les peuples dont les élites ne portent pas de débat sur les grandes ambitions vivent presqu'en marge sinon en dehors de l'humanité », a-t-il déclaré.

L'historien déplore le fait que l'Afrique s'enfonce de plus en plus dans lamisère alors qu'elle ne manque de rien. «Il s'agit d'un sous-développement durable, un sous-développement durablement chronique avec des dettes injustes additionnées à des recettes étatiques déjà maigres ».
Pour lui, le vocable même de développement est une ruse occidentale visant l'enfermement de l'Afrique dans le sous-développement. « Les pays qui se développent e ectivement, en construisant chaque jour des hôpitaux, des écoles, des stades, etc., ne prononcent presque jamais le terme de développement mais ils le font », a-til argumenté.
Pour ce faire, le Pr Pr Théophile Obenga soutient que l'Afrique ne pourra pas se développer totalement à l'échelle de l'état nation à cause de nombreux faits négatifs et cela malgré les aides et les coopérations. « L'état nation africain actuel ne peut pas et ne pourra pas arrêter le pompage de l'Afrique par l'occident », a-t-il indiqué, ajoutant que la cause profonde du sousdéveloppement de l'Afrique noire c'est l'Occident.
« Si l'Afrique possède la maîtrise de ses ressources minières, de ses forêts, de ses hydrocarbures, de ses terres arables, de ses eaux maritimes, alors l'Occident s'a aiblit inévitablement », a-t-il assuré.
Créer une puissance politique africaine Pour l'historien, la question de l'Afrique est celle du rapport des forces dans le monde contemporain. Ainsi, il estime que l'Afrique doit passer d'un pot de terre à un pot de fer cartant que l'autre ne respecte pas votre dignité vous êtes un port de terre. « L'état nation africain actuel doit changer d'échelle pour devenir plus fort. Il doit se fondre constitutionnellement en état fédéral africain », a martelé le professeur. C'est pourquoi, a-t-il souligné, l'Afrique doit se concentrer sur la création d'une puissance politique africaine à l'échelle continentale. « Tout le reste trouvera, sans délais, des solutions convenables », se convainc-t-il.
Néanmoins, pense Pr Théophile Obenga, il faut des états nations africains locomotives, des leaders. « La RDC est bien placée pour être leader de cette grande vision panafricaine qu'est l'état fédéral africain au niveau continental », a conclu l'historien.